Diversification alimentaire infantile contre les allergies

Les allergies alimentaires au sein de la population française sont un problème de santé publique, pris en considération dès 2001 dans le PNNS. Une étude épidémiologique issue de la cohorte Elfe, concernant des enfants âgés de 2 mois à 5,5 ans, met en évidence le surrisque d’allergie alimentaire du fait d’un retard d’introduction des allergènes majeurs.

Par Laurent Feneau, publié le 07 septembre 2023

Diversification alimentaire infantile contre les allergies

Initiée en avril 2011, l’étude française Elfe suit des enfants de la naissance à l’âge adulte, afin de mieux comprendre les facteurs qui influencent leur développement, leur santé, leur socialisation et leur parcours scolaire. Ainsi, environ 150 chercheurs étudient et suivent plus de 18 000 enfants. Ces études, pilotées par INRAE, et notamment le CRESS – INRAE/Inserm/université Paris Cité, l’Ined et le CHRU de Nancy, ont été publiés dans la revue Allergy.

Diversifier l’alimentation des enfants de 4 à 6 mois

Ainsi, les scientifiques ont constaté que seuls 62 % des enfants ont débuté la diversification alimentaire sur la période recommandée, soit entre 4 et 6 mois. Ils ont également observé que pour 1 enfant sur 10, au moins 2 allergènes majeurs, parmi les œufs, le poisson, le blé et les produits laitiers, ne sont pas encore introduits dans l’alimentation à l’âge de 10 mois. Or ces mêmes enfants ont un risque 2 fois plus élevé de développer une allergie alimentaire avant l’âge de 5,5 ans que ceux pour lesquels les 4 allergènes considérés sont introduits avant l’âge de 10 mois.

Dans la même rubrique
marqueur culturel
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science