JO 2024 : Quand le manque d'énergie nuit aux sportifs…

Derrière la quête incessante de performance, se cache parfois un problème de santé trop souvent méconnu du milieu sportif : le « syndrome de déficit énergétique relatif dans le sport », couramment désigné sous l’acronyme anglais RED-S (Relative Energy Deficiency in Sport).

Par Laurent Feneau, publié le 27 juin 2024

JO 2024 : Quand le manque d’énergie nuit aux sportifs…

Le syndrome RED-S est un ensemble de symptômes qui surviennent chez les sportifs lorsque, sur le long terme, les apports nutritionnels ne couvrent pas les besoins énergétiques de leur organisme. Ce déséquilibre chronique entre les apports et les dépenses énergétiques entraîne une faible disponibilité énergétique pour l’organisme qui va alors fonctionner en mode « dégradé » et ne plus assurer certaines fonctions qui ne sont pas essentielles à sa survie immédiate (la fonction reproductive par exemple). Fatigue persistante, blessures à répétition, règles absentes ou espacées chez la femme… le syndrome RED-S peut se manifester insidieusement par des symptômes variés, ce qui rend parfois le diagnostic difficile. Cependant, certains signes cliniques relativement fréquents doivent alerter le sportif et son entourage, tels qu’une fatigue persistante, une baisse de la performance, des blessures à répétition, des troubles digestifs, des infections fréquentes ou encore certaines manifestations psychologiques comme l’irritabilité, l’anxiété ou la dépression.

Stratifier le(s) risque(s)

Idéalement, un athlète présentant un ou plusieurs symptômes de RED-S devrait consulter un spécialiste de médecine du sport. Le médecin commence généralement par une évaluation des antécédents médicaux, des symptômes et des habitudes de vie de l’athlète. Dans un second temps, un examen physique ainsi que des dosages sanguins permettent de stratifier le risque et de déterminer la conduite à tenir (à l’aide d’un outil appelé « RED-S CAT »). En fonction des résultats, l’athlète peut en effet être classé comme présentant un risque faible, modéré ou élevé de complications liées au RED-S. Pour conclure, même si dans l’immense majorité des cas le sport est bénéfique pour la santé, il est indispensable de garder à l’esprit que pour s’adapter aux charges d’entraînement que nécessite le sport de haut niveau, le corps a besoin de suffisamment d’énergie et donc d’une alimentation équilibrée.

Dans la même rubrique
diabète
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science
institut pasteur
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science