« Mieux prévenir et prendre en charge l’obésité en France »

Mme Martine Laville, professeure de nutrition à l’Université Claude Bernard de Lyon, a remis aux ministres concernés le 27 avril dernier, un rapport relatif à la prévention et à la prise en charge de l’obésité. Celui-ci est consultable sur le site du Ministère de la Santé et de la Prévention. En voici les grandes lignes.

Par Laurent Feneau, publié le 04 mai 2023

« Mieux prévenir et prendre en charge l’obésité en France »

Face au constat d’une hausse notable de l’obésité chez les Français, et notamment les plus jeunes et les plus modestes*, le rapport fixe tout d’abord quatre objectifs principaux qui doivent marquer une nouvelle ambition dans la lutte contre l’obésité :

• Mieux prévenir, pour diminuer l’incidence de l’obésité en agissant prioritairement sur les plus défavorisés.

• Mieux soigner, en permettant à un nombre croissant de personnes en surpoids ou en situation d’obésité d’accéder à des soins adaptés à leur situation.

• Investir dans la recherche et l’innovation, pour parfaire notre connaissance des déterminants de cette maladie complexe et ainsi mettre au point les traitements les plus adaptés.

• Investir prioritairement les outremers.

40 pistes très concrètes

Le gouvernement a d’ores et déjà mis en place des actions de sensibilisation et de prise en charge des patients sur l’ensemble du territoire. La professeure Laville préconise d’aller plus loin avec notamment 40 pistes très concrètes telles qu’une réflexion sur l’attractivité en restauration scolaire, notamment dans les quartiers prioritaires, ou l’interdiction de publicité sur les produits de mauvaise qualité nutritionnelle aux heures de grande écoute des plus jeunes. Par ailleurs, elle suggère un suivi régulier du poids des enfants et adolescents lors de visites régulières, tant à des fins de prévention que pour obtenir des données épidémiologiques précises. Enfin, le rapport met l’accent sur l’importance du soutien de la recherche et de la prévention dans le domaine.

* Depuis 1997, l’obésité chez les 18-24 ans a en effet été multipliée par plus de quatre, et par près de trois chez les 25-34 ans. Chez les enfants également, 17% sont en surpoids dont 4% obèses.

Dans la même rubrique
marqueur culturel
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science