Protéger davantage de consommateurs des infections alimentaires à E. coli.

Les bactéries Escherichia coli entérohémorragiques (EHEC) sont à l’origine d’infections alimentaire parfois sévères. Une nouvelle étude de l’Anses classe les souches de la bactérie et émet des recommandations pour améliorer la surveillance des risques de contamination dans les produits en amont de leur mise sur le marché.

Par Laurent Feneau, publié le 29 juin 2023

Protéger davantage de consommateurs des infections alimentaires à E. coli.

Il n’est pas inutile de rappeler que la plupart des souches d’E. coli sont sans danger pour la santé. Cependant, certaines souches comme les E. coli entérohémorragiques ou EHEC sont pathogènes car elles produisent une toxine, nommée shigatoxine. Ce sont celles-ci qui engendrent des troubles plus ou moins graves, notamment chez les jeunes enfants, les personnes âgées ou immunodéprimées. Or, les EHEC se transmettent principalement par l’alimentation, en particulier dans les steaks hachés crus ou insuffisamment cuits, les fromages au lait cru ou les farines.

De bonnes pratiques

L’Agence profite de cette nouvelle étude pour recenser les gestes domestiques clés qui permettent de prévenir les risques de contamination. Ainsi, tous consommateurs confondus, le lavage des mains avant de cuisiner, le nettoyage soigneux des fruits et légumes consommés crus et la cuisson a cœur des aliments destinés à être mangés cuits est nécessaire. Pour les plus fragiles, la cuisson à 70°C des aliments hachés s’impose. Mais également la mise à l’écart des produits à base de lait cru ou ceux contenant de la farine et qui pourraient s’avérer insuffisamment cuits.

Dans la même rubrique
diabète
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science
institut pasteur
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science