Régime cétogène & épilepsie

Riches en graisses et pauvres en glucides, les régimes cétogènes sont jugés de plus en plus efficaces pour réduire la fréquence des crises chez les personnes épileptiques.

Par Laurent Feneau, publié le 24 avril 2024

Régime cétogène & épilepsie

Depuis les années 1920, le régime cétogène est reconnu comme une thérapie non pharmacologique et non invasive efficace dans le traitement de l’épilepsie pharmacorésistante. Il se caractérise par une teneur élevée en matières grasses et un faible apport en glucides, entrainant la production de corps cétoniques. Le régime cétogène classique utilise généralement un ratio de 4 unités de lipides pour 1 unité de glucides + protéines. Des variantes moins restrictives ont été développées, telles que le régime modifié d’Atkins ou le régime à base de triglycérides à chaîne moyenne (TCM), pour tenir compte des facteurs tels que l’observance, l’appétence et les besoins individuels.

Régime cétogène : quels effets bénéfiques ?

L’efficacité clinique du régime cétogène dans la réduction de la fréquence des crises est aujourd’hui de plus en plus reconnue. Toutefois, les mécanismes sous-jacents à cette action font toujours l’objet de recherches intenses. Le mécanisme d’action est en effet complexe et multimodal (Réduction de l’excitabilité neuronale, Production de neurotransmetteurs inhibiteurs tels que l’agmatine, etc.). Le régime cétogène a néanmoins le potentiel d’améliorer la fonction mitochondriale en augmentant l’efficacité métabolique et en réduisant la production de radicaux libres, protégeant ainsi le cerveau contre le stress oxydatif qui endommage les mitochondries et contribue aux crises d’épilepsie. Des recherches récentes ont par ailleurs établi un lien entre les effets bénéfiques du régime cétogène dans le traitement de l’épilepsie pharmacorésistante et les changements induits dans le microbiote intestinal en modulant l’axe intestin-cerveau. En attendant de nouvelles avancées, une meilleure compréhension des mécanismes sous-jacents du régime cétogène permettrait d’optimiser son efficacité, son utilisation et son applicabilité.

Dans la même rubrique
diabète
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science
institut pasteur
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science