Relation ambivalente entre MICI et protéines

Une revue a analysé les relations, dans la population générale, entre les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) et la consommation de produits protéiques, avec des résultats variables…

Par Laurent Feneau, publié le 19 octobre 2023

Relation ambivalente entre MICI et protéines

Le dernier numéro de Advances in nutrition propose une méta-analyse afin de mieux cerner le rôle réel de l’alimentation dans le développement de MICI. A cet effet, les auteurs ont croisé les résultats de 11 études de cohorte prospectives, soient 4,3 millions d’adultes dont 8067 sont atteints d’une MICI.

Le premier résultat flagrant est le risque diminué de développer une MICI chez les sujets qui consomment le plus de produits laitiers par rapport aux moins consommateurs des participants (Risque Relatif RR=0,81 / IC95% = [0,72; 0,90]). 

Plus de lait moins de viande

Ces bénéfices tirés du lait pourraient s’expliquer soit par ses propriétés anti-inflammatoires, soit par la vitamine D qu’il contient, soit enfin grâce à la capacité des produits laitiers à enrichir le microbiote intestinal. 

En revanche, la consommation de viande semble avoir un effet tout à fait inverse. Ainsi, pour une consommation supplémentaire de 100 g par jour de viande, le risque de développer une MICI s’accroit de 38% (RR = 1,38 / IC95% = [1,13; 1,68]). Cette fois, les hypothèses avancées tiennent à aux composés que développe la viande naturellement ou en cuisant à haute température, à sa teneur en fer ou acides gras saturés ou enfin à une possible influence négative sur la composition du microbiote.

Aucune relation significative n’a toutefois été démontrée quant à la consommation de protéines globales.

Dans la même rubrique
émulsifiant
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science
jeûne
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science