Semaine nationale de la dénutrition : exemple du centre hospitalier de Bligny

Alors que 50% des séniors hospitalisés sont dénutris et que 40% sont hospitalisées pour des conséquences de dénutrition, le centre hospitalier de Bligny a mis en place un service diététique de pointe.

Par Laurent Feneau, publié le 09 novembre 2023

Semaine nationale de la dénutrition : exemple du centre hospitalier de Bligny

La dénutrition est une maladie silencieuse qui toucherait près de 2 millions de patients en France. Entre 20 et 40% des personnes dénutries sont hospitalisées (40% d’entre elles ont un cancer, et 40% sont atteintes de la maladie d’Alzheimer). Ces chiffres alarmants mettent en valeur l’importance de la sensibilisation et de l’accompagnement des patients et des aidants. Avec une équipe de sept diététiciens-nutritionnistes, le centre hospitalier de Bligny, hôpital privé solidaire, sensibilise au quotidien patients et soignants à la dénutrition. Ainsi, il assure une prise en charge nutritionnelle individuelle et collective des patients, qu’ils soient hospitalisés ou en consultations externes.

Informer les patients, les aidants et les professionnels de la santé

Dans ce but, le service diététique du centre hospitalier a élaboré différentes recettes dédiées aux patients dénutris. Ainsi, des compléments alimentaires peuvent être ajoutés aux jus, boissons et autres crêpes pour un meilleur apport nutritionnel. Des dégustations et animations sont d’ailleurs organisées pour montrer comment les préparer, tandis que des livres de recettes sont mis à disposition des patients et de leurs proches. Enfin, des brochures sont élaborées pour permettre l’accompagnement vers une bonne alimentation. Elles développent des thématiques telles que : « Comment enrichir son alimentation? », « Les apports en protéines dans les aliments », « Des idées de recettes enrichies » ou « Les règles d’or pour un repas équilibré ».

Dans la même rubrique
marqueur culturel
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science