UFC Que choisir prône le Nutri-Score obligatoire

Selon une nouvelle enquête, l’association de défense des consommateurs affirme que seule une obligation d’affichage au niveau européen pourrait pousser les industriels les plus rétifs à améliorer leurs recettes.

Par Laurent Feneau, publié le 20 avril 2023

UFC Que choisir prône le Nutri-Score obligatoire

Dans les résultats d’une étude publiée le 12 avril dernier, UFC Que choisir confirme l’effet indéniablement bénéfique du logo Nutri-Score sur les produits proposés par les industriels qui l’ont accepté. En effet, le constat s’impose que les rayons où il est largement présent (43% des barres de céréales, 61% des pains spéciaux et biscottes, 97% des céréales du petit déjeuner) ont vu leur qualité nutritionnelle s’améliorer considérablement. Ainsi, en 7 années, la proportion de Nutri-Score dits « favorables » (A, B ou C) a été multipliée par 2 pour les barres céréalières. Sur la même période, les Nutri-Score A et B ont même été multipliés par 5 pour les céréales du petit déjeuner !

Sans Nutri-Score, les recettes stagnent

A contrario, pour les catégories de produits au sein desquelles le logo est peu présent, on note de faibles améliorations nutritionnelles, depuis 2015. L’UFC Que choisir a ainsi calculé ses propres Nutri-Score et les leur a appliqués. Résultat, 52% des glaces et sorbets peuvent être assimilés à des D et E, au même titre que 75% des sauces condimentaires et neuf goûters, barres et biscuits sur dix… Bref, si les qualités du logo nutritionnel ne sont plus à prouver, son caractère facultatif en limiterait lourdement les effets. Ainsi, il est absent des catégories de produits les plus déséquilibrés et au final, 1% des aliments de marques nationales seulement présentent un E sur leur emballage. Au final, les industriels de la malbouffe restent en retrait car ils seraient mal notés, et de ce fait ne remettent en question aucune de leurs recettes.

D’où la demande l’association de voir la France se mobiliser auprès des autorités européennes pour obtenir la généralisation et l’obligation d’affichage du Nutri-Score. Dans cette attente, elle a développé l’application Quelproduit, grâce auquel le consommateur peut vérifier les produits par lui-même.

Dans la même rubrique
calcium
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science
oligoéléments
  • À la une
  • Actualités
  • Micronutrition
obésité
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science