Quelle(s) eau(x) pour les jeunes enfants ?

L’eau favorise les échanges intracellulaires. Elle apporte à l’organisme des enfants en pleine mutation une énergie vitale, salvatrice et équilibrante.

Par Laurent Feneau, publié le 27 juillet 2023

Quelle(s) eau(x) pour les jeunes enfants ?

L’immunité se forge au cours des premières années de vie. Boire une eau vivante et saine permet à l’enfant de développer naturellement son système immunitaire. L’équilibre de l’eau est cependant précaire. La plupart des eaux se détériorent en effet rapidement, c’est pourquoi l’hygiène des biberons, verres et gourdes doit faire l’objet d’une attention particulière. L’effet dynamisant de l’eau favorisera alors la minéralisation et l’élimination des déchets via les reins, l’intestin, la peau, les poumons et certaines glandes.

Les apports hydriques entre 0 et 2 ans

De 6 mois à 2 ans, l’apport hydrique conseillé est de 100 à 125 ml par kilo de poids corporel. Durant cette période, l’enfant diversifie ses repas : il consomme moins de lait, le remplaçant par d’autres produits laitiers destinés aux enfants en bas âge. Il va par conséquent boire de plus en plus d’eau. Il faut donc rester vigilant sur la qualité de cette dernière, qui doit rester faiblement minéralisée (peu de calcium et de magnésium) et pauvre en sodium (autour de 10 à 15 mg par litre).

De 0 à 6 mois, l’apport hydrique conseillé est de 125 à 150 ml d’eau par kilo de poids corporel. À ces âges, la diversification n’a quasiment pas commencé : le lait (maternel et/ou infantile), aliment de base, suffit à nourrir et hydrater correctement un bébé. Mais dans certaines situations à risque de déshydratation (canicules, maladies, fièvres, etc.), il est indispensable de majorer l’apport hydrique par des biberons d’eau supplémentaires. Les pédiatres recommandent une eau minérale ou de source embouteillée, faiblement minéralisée, dont l’étiquette porte la mention : « convient pour la préparation des aliments pour nourrissons ». Ces eaux satisfont à tout une série de critères microbiologiques et physico-chimiques, tels que l’absence de certains germes dangereux et une faible teneur en nitrates, sulfates, calcium et autres minéraux. Si, une fois vérifiée sa composition en nitrate et sodium, l’eau du robinet peut convenir, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) juge toutefois les eaux embouteillées agréées pour les nourrissons préférables durant les premiers mois de l’enfant.

Mont Blanc

Issue d’un milieu exceptionnel, pure et préservée, l’eau minérale naturelle Mont Blanc répond à toutes les exigences pour l’alimentation des bébés. Captée à 1 518 m au cœur du mont Blanc, elle est faible en minéraux (134 mg/l) et sans nitrates (< 1 mg/l).

Evian

L’eau minérale naturelle evian®, naturellement pure, provient d’une source souterraine protégée de toute pollution. Avec sa composition minérale unique et stable, elle répond à toutes les recommandations émises par l’Anses pour caractériser les eaux adaptées aux bébés, dont une faible minéralisation (345 mg/L), une faible teneur en sodium (6,5 ml/L) et nitrates (3,8 mg/L), et un pH neutre (7,2).

Thonon

Originaire des Alpes de Haute-Savoie, l’eau minérale naturelle Thonon est pure et préservée. Eau minérale du quotidien par excellence, faiblement minéralisée (342 mg/l), elle convient à toute la famille, y compris aux plus petits.

Dans la même rubrique
calcium
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science
oligoéléments
  • À la une
  • Actualités
  • Micronutrition
obésité
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science