Nutrition du monde : la Suède

Contrairement à certaines idées reçues, la cuisine suédoise ne se résume pas uniquement au hareng et aux boulettes de viande. La Suède dispose de beaucoup de ressources et sa cuisine est le reflet de ce que la nature a à lui offrir.

Par Laurent Feneau, publié le 14 décembre 2023

Nutrition du monde : la  Suède

La cuisine suédoise est en général simple et variée. Elle se distingue des cuisines nordiques et des autres cuisines européennes par quelques variations spécifiques au pays. Les Suédois sont, par exemple, experts en matière de conservation des aliments et cette dernière est devenue une composante importante de l’alimentation suédoise. Le fait de ne pas épicer les aliments pour en rehausser le goût ou en masquer la saveur originale est une autre caractéristique qui rend les aliments suédois si différents. Enfin, certains ingrédients comme le renne ou le hareng fermenté sont 100% spécifiques à la Suède. 

Vous avez dit écrevisse ? 

Les Suédois croient en l’importance de manger des produits issus directement de la nature, sans transformation aucune. Il en va ainsi de nombreux produits parmi lesquels les écrevisses. Elles sont consommées en Suède depuis le Moyen-Âge, à l’origine par les familles royales, mais le plat s’est largement démocratisé pour devenir un classique de la cuisine suédoise. Servies dans les restaurants, les écrevisses annoncent généralement le début de la période estivale à Stockholm. Une fête leur est d’ailleurs dédiée : Kräftskiva, la fête de l’écrevisse !  Nutrition du monde Suède Dans un style culinaire tout à fait différent, la soupe aux pois jaunes et au lard constitue le plat national. Ce dernier est aujourd’hui consommé le jeudi soir, une tradition en Suède depuis le Moyen-Âge. Elle découle du jeûne observé historiquement le vendredi par l’Église catholique romaine en souvenir de la souffrance et de la mort de Jésus le vendredi Saint. Jadis, le jeudi était ainsi festif et les petits pois considérés comme un produit de luxe. 

Faire une boulette 

En raison de la longue étendue géographique de la Suède, il existe des différences régionales entre les cuisines du nord et du sud du pays. Dans l’extrême nord, on consomme de la viande comme le renne et d’autres plats de gibier tandis que les légumes frais jouent un rôle plus important dans le sud. De nombreux plats classiques utilisent des saveurs simples et contrastées, comme les traditionnelles boulettes de viande — köttbullar — , accompagnées de sauce à la crème brune, avec de la confiture d’airelles. Celles-ci, acidulées et piquantes offrent un goût légèrement similaire à celui de la sauce aux canneberges. Probablement le plat suédois le plus célèbre au monde ! 

Poissons à foison ! 

Le poisson tient par ailleurs une large place dans la cuisine suédoise. Pêché en mer ou en rivière, il est accommodé de multiples façons, notamment fumé ou mariné. Les œufs de poisson — servis avec de la crème, des oignons hachés et de la ciboulette — sont également très présents sur les tables. Le saumon mariné ou gravelax, constitue pour sa part l’un des mets incontournables. Son secret ? La marinade, bien sûr, le saumon frais marinant pendant six jours dans le sel, le sucre, le poivre et l’aneth. Le hareng, pêché dans l’Atlantique ou dans la Baltique, est lui aussi partie intégrante de la culture et de la cuisine nordique. Il est souvent consommé comme plat principal dans les foyers suédois où il est cuisiné sous différentes formes : mariné, fumé, salé, frit, grillé, sauté ou cuit au four. Conditionné en conserve et mis à vieillir plusieurs années, il est également servi fermenté. 

Toujours une place pour le dessert ? 

Les desserts intègrent souvent les traditionnelles myrtilles, les airelles et les mûres sauvages dont se délectent les Suédois. La pâtisserie traditionnelle comprend de nombreuses variétés variétés de petits pains à la levure, de biscuits et de gâteaux. Beaucoup d’entre eux sont très sucrés et souvent consommés avec du café au moment du goûter (fika).  La pâtisserie la plus célèbre et la plus consommée est sans nul doute la prinsesstarta ou « gâteau de la princesse ». C’est le gâteau traditionnel des fêtes en Suède. La première recette apparue en 1948 fut un succès auprès des princesses suédoises de l’époque, ce qui lui vaut son nom actuel. Surmontée d’une rose en sucre rose vif, elle donne de la couleur à toutes les vitrines des boulangeries suédoises. Composée de couches de génoise bordées de confiture de framboise et de crème à la vanille avec une garniture de crème fouettée venant surplomber le tout, cette petite merveille est recouverte d’une fine couche de pâte d’amande sucrée verte. Un incontournable !

La confiture d’airelles en version salé ! 

Tout comme le ketchup et la moutarde, la confiture d’airelles est largement utilisée en Suède pour accompagner toute une variété de plats, de boulettes de viande, de crêpes ou de boudin noir (blodpudding). Mais malgré sa douceur, elle reste rarement utilisée avec du pain.

Knäckebröd – quelle est votre garniture préférée ? 

Les Suédois sont friands de ce fameux pain croquant appelé knäckebröd. Composé de différentes céréales, il trône sur les tables depuis cinq siècles. L’avantage des knäckebröd est qu’ils peuvent être stockés pendant au moins un an s’ils sont correctement conservés. Ils peuvent prendre différentes formes, épaisseurs et saveurs. Les Suédois leur consacrent des rayons entiers dans les magasins.

Dans la même rubrique
nutrition entérale
  • Actualités
  • Produits
  • Restauration Collective
Benjamin Delessert
  • À la une
  • Actualités
  • Événements