Eaux minérales & insuffisances rénales

Environ 2 millions de personnes sont actuellement atteintes de maladie rénale chronique en France. Plusieurs études ont démontré l’intérêt capital d’avoir alors une bonne hydratation, mais aussi l’importance du choix de l’eau minérale.

Par Laurent Feneau, publié le 30 mai 2024

Eaux minérales & insuffisances rénales

Lorsque le fonctionnement des reins est altéré et qu’ils ne filtrent plus correctement le sang, on parle d’insuffisance rénale. L’insuffisance rénale est dite chronique lorsque cette perte de fonction est progressive et que les lésions présentes dans les reins sont définitives. Généralement, elle progresse graduellement pendant plusieurs années. L’insuffisance rénale terminale est le dernier stade de l’insuffisance rénale chronique : la perte de la fonction rénale peut alors mettre en danger la vie du patient. En effet, le rein n’est plus capable d’éliminer les toxines et le potassium. Cette accumulation de potassium dans le sang peut alors provoquer un arrêt cardiaque. L’élimination urinaire journalière (appelée diurèse) est également défaillante, ce qui provoque une surcharge en eau et en sel. Cette surcharge peut provoquer une hypertension artérielle. C’est à ce moment là qu’intervient la dialyse qui permet de remplacer artificiellement le rein en débarrassant le sang, des déchets et de l’eau accumulés en excès dans le corps. Elle est alors associée à un régime alimentaire strict encadrant de près la consommation d’eau.

Eau minérale et dialyse

Lorsque les reins ne fonctionnent plus, les liquides ingérés — y compris l’eau — ne sont pas évacués dans les urines, ou seulement en très faible quantité. Cela favorise la prise de poids entre deux séances de dialyse et peut également entrainer une hypertension artérielle. C’est pourquoi Il est recommandé de surveiller sa consommation d’eau et d’éviter les boissons sucrées qui augmentent la sensation de soif. Il s’agit également de tenir compte du fait qu’une majorité d’aliments contient également de l’eau, notamment les fruits et légumes. Le choix de l’eau minérale consommée est bien sûr essentiel. Certaines d’entre elles sont en effet plus adaptées que d’autres. Celles offrant une faible teneur en sodium réduisent par exemple la charge sur les reins. On pourra parallèlement privilégier les eaux minérales riches en calcium et en magnésium, deux minéraux qui aident à prévenir la formation des calculs rénaux. Leur alcalinité contribue généralement à maintenir un pH corporel équilibré, évitant ainsi l’acidification des reins. Dans tous les cas de figure, les eaux de sources sont les plus recommandées, leur pureté assurant une hydratation efficace et une meilleure élimination des toxines.

Dans la même rubrique
marqueur culturel
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science