Nutri-score : ce qui change en janvier 2024

Janvier 2024 marque une étape importante de l’évolution du Nutri-score. Certains produits sont rétrogradés, d’autres moins pénalisés. Le point sur ce qui change ce mois-ci…

, publié le 11 janvier 2024

Nutri-score : ce qui change en janvier 2024

Le conseil scientifique du Nutri-score, et notamment son comité de gouvernance transnationale, planchait depuis plusieurs années sur une évolution du logo nutritionnel. Tout d’abord pour prendre en compte les nouvelles connaissances relatives à l’alimentation, ensuite pour rectifier des incohérences qui rendaient complexe la distinction entre les produits. En bref, c’est essentiellement la présence de sel, de sucre, de mauvaises graisses et l’absence de fibres et de nutriments qui seront le plus pénalisées. 

Mieux distinguer les produits les plus sains

Précédemment des efforts d’industriels avaient été couronnés d’un A sur certains produits comme des céréales au chocolat, par exemple. Or, force a été de constater que leurs teneurs en sucres et graisses ne le justifient pas. De même les laitages, les farines raffinées et la viande rouge tendent à se voir plus sévèrement notés. Par contre, les huiles riches en Omega-3 et Omega-9 se verront réhabilitées. Il s’agit par là de mieux distinguer les produits les plus sains au sein d’une offre pléthorique. 

Alors que certains prônent un logo nutritionnel obligatoire, ces changements s’appliquent dès à présent dans les 7 pays d’adoption du Nutri-score*. Toutefois, les industriels ont 2 ans pour écouler les produits déjà étiquetés.

* France, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Espagne, Suisse. En France et en Allemagne le Nutri-score est présent sur 60% des produits proposés.

Dans la même rubrique
calcium
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science
oligoéléments
  • À la une
  • Actualités
  • Micronutrition
obésité
  • À la une
  • Actualités
  • Recherche - Science